Aller au contenu principal

Télétravail: derrière les discours, les entreprises françaises restent attachées à la présence sur site

Sia Partners développe un outil d'analyse des accords collectifs

Depuis le début de la crise sanitaire, le télétravail est devenu un sujet de société. Des entreprises comme Microsoft ont annoncé le “télétravail à vie” et de nombreuses études prédisent une rupture majeure dans le rapport au travail, en s’appuyant sur le ressenti des collaborateurs ou sur des témoignages de DRH.

Mais, finalement, quelle est la réalité du télétravail dans les entreprises françaises ? L’extension à long terme du télétravail est il un épiphénomène réservé aux cadres et aux grandes entreprises ou est ce un mouvement de fond qui touche également les TPE et les PME ?

Pour y répondre, Sia Partners a étudié, non pas les discours ou les perceptions, mais la réalité des règles applicables de l’entreprise, c'est à dire les accords de télétravail.

Une méthodologie mobilisant la datascience pour une analyse statistique du contenu des accords collectifs signés

Sia Partners a analysé 7 504 accords et avenants traitant de la thématique du télétravail de 2018 à 2021 disponibles sur le site de Légifrance, à l'aide d'algorithmes de collecte automatique de la donnée.

Les outils Smart Data Quality et DocReview développés par Heka by Sia Partners nous ont permis de structurer les informations clés et contrôler, améliorer et enrichir les données. 

Enfin, une interface de restitution interactive (tableau de bord) a été mis en place afin d'interagir avec les données de manière intuitive.

L'analyse démontre que les entreprises restent prudentes et attachées au maintien d’une présence significative sur site

  • La dynamique de négociation autour du télétravail est majeure avec un nombre d’accords et avenant signés (et déposés sur Légifrance) par an multiplié par 4 entre 2018 et 2021, cette dynamique est notamment tirée par les PME (X 4,8) et les ETI (X4,4)
     
  • La part des avenants dans le total des textes signés augmente sensiblement (16% en 2021 vs 10% en 2018) sur la période démontrant que les entreprises revoient les dispositifs existants en matière de télétravail
     
  • Les entreprises restent attachées à la présence sur site, avec près de 2/3 des accords conclus en en 2021 prévoyant au maximum deux jours de télétravail hebdomadaire. 
     
  • Ainsi, seuls 9% des accords prévoient la possibilité d’un télétravail complet, et dans des conditions extrêmement encadrées.
     
  • En revanche, il apparaît depuis 2019 une dynamique nette en faveur des accords prévoyant 2 jours de travail hebdomadaire (40% des accords en 2021 vs 27% en 2019) au détriment des accords le limitant à un jour (25% en 2021 vs 44% en 2019)
     
  • La prise en compte de la déconnexion augmente de façon significative (2/3 des accords et avenants signés en 2021 y font référence contre un peu plus de 50% en 2018)
     
  • Enfin, il apparaît une corrélation entre la taille de l’entreprise et le montant de l’indemnité de télétravail (2,76 € en moyenne par jour télétravaillé dans les grandes entreprises vs 2,22 € dans les ETI et 2,32€ dans les PME)